Déc 092012
 

Ce samedi 8 décembre, les responsables de SAINT-MARTIN-DE-RE, au lieu de nettoyer les Écuries d’AUGIAS, ont franchi un pas de plus dans l’escalade, en bloquant les parloirs. Ce blocage est rarissime dans les prisons et – même les surveillants les plus irresponsables (ce qui n’est pas le cas de tous, bien entendu) – n’utilisent jamais cette « arme » pour faire valoir leurs revendications. Ils savent que de telles actions peuvent conduire à une explosion. Ils savent, d’autre part, que certaines familles font 50o ou 1 000 kilomètres, en se saignant aux quatre veines, pour venir au parloir visiter : un père, un fils, un mari… ROBIN DES LOIS émet les plus vives protestations face à de tels agissements, et s’étonne de l’attitude de l’A.P. Au lieu de régler les problèmes, on a tenté de casser le thermomètre en transférant un bouc émissaire,  un meneur tout à fait pacifique.

Faudra-t-il des morts, d’un côté ou de l’autre, pour que la D.A.P. réagisse enfin et règle les problèmes ?

lire l’article d’Éric CHAUVEAU dans SUD-OUEST de ce dimanche 9 décembre

cliché d’illustration par Xavier LEOTY

 Publié par à 12 h 29 min
Août 062012
 

François KORBER, délégué général de « ROBIN DES LOIS », était l’invité de la Matinale de FRANCE-CULTURE ce mercredi 8 août 2012, de  8 heures 30 à 9 heures. Thème général : les questions carcérales et les alternatives à la prison.

 

 

 

François KORBER

 

écouter le podcast de l’émission (cliquer ici)     fichier-son en attente

 Publié par à 20 h 14 min
Août 032012
 

François KORBER      par Yann RABANIER

__________________________________________________________________________________________________

C’est un très bel article que « LIBÉRATION » consacre, ce mercredi 1er août 2012, aux combats de François KORBER et de l’association ROBIN DES LOIS depuis 3 ans. Sous la plume du percutant Mathieu PALAIN. Avec une photo originale signée de Yann RABANIER. Après 3 années d’intense activité – souvent obscure – comment ne pas admettre que cette « reconnaissance » nous touche et nous oblige pour le futur : tous ceux qui se battent pour changer les choses dans l’Univers carcéral savent, en effet, que la tâche est ingrate, et que   « les prisons, cela n’intéresse pas grand monde ».  Jusqu’au jour où l’on vient, pour la première fois, visiter, au parloir, son fils, son père ou son compagnon. Ou sa copine : n’oublions pas, en effet, qu’il y avait, au 1er juillet 2012, 2 840 femmes écrouées (dont 537 non hébergées) sur 67 373 personnes écrouées détenues ( source : les chiffres -clefs de l’Administration Pénitentiaire). La question carcérale et celle des peines alternatives doivent, pourtant, devenir « un grand problème de Société ». Pour arrêter le gâchis social, humain, et économique.

Un « PORTRAIT » en forme de bilan, avant d’attaquer de nouveaux projets en septembre 2012… Vous pouvez lire l’article sur le site de LIBÉRATION (cliquer ici), avec des renvois vers d’autres articles, ou télécharger le PDF (cliquer ici) (dernière page du numéro de LIBE).

une simple précision : François KORBER ne s’est jamais « autoproclamé   »ROBIN DES LOIS ». Dans les prisons, on connaît peu les noms. On connaît les prénoms, et les surnoms  » Va voir le Corse, il va t’arranger ça« . Pour François KORBER, c’était  » Va voir l’avocat »  ou « Va voir Robin des Lois, il va t’arranger cela. »  Lorsqu’il a fallu choisir un nom pour l’association, notre bien aimé co-fondateur et Vice-président a eu l’idée de baptiser ainsi l’association . Plutôt que « Association de défense des personnes détenues« , par exemple. C’est nettement plus « sympa » et conserve bien le côté » un peu provocateur qui constitue notre marque de fabrique, pour « faire avancer les débats ».

 Publié par à 20 h 36 min
Juil 272012
 

TÉLÉRAMA consacre, ce mercredi 25 juillet 2012, sous la plume d’Hélène MARZOLF, un très bel article à l’action de François KORBER depuis 3 ans, avec l’aide de tous ceux qui l’ont rejoint au sein de « ROBIN DES LOIS » . Rien n’eût été possible, en effet, sans les liens fructueux tissés avec d’autres associations, des élu(e)s, des aumôniers, des avocats, des visiteurs, des familles, et nombre de personnes détenu(e)s.

RACKET  DES TÉLÉS

La télé à 8 euros, c’est fait, au 1er janvier 2012 dans les Établissements à Gestion Publique. Ce sera 8 euros au 1er janvier 2012 : il eût coûté trop cher à l’État de dédommager EUREST, par exemple, qui se goinfre encore un peu sur les télés… Plus pour très longtemps !

C’est le dimanche 24 octobre 2010, dans un sujet du J.T de TF1 où François KORBER intervenait , que Michèle ALLIOT-MARIE faisait annoncer – après avoir « réfléchi » durant des mois , ce qui nous a conduits à la « bousculer » un peu à l’Assemblée et au Sénat – que la location mensuelle de la télévision serait ramenée à 8 euros. La bataille, acharnée, avait duré 18 mois (3 avril 2009 – 24 octobre 2010) avec de  minables poursuites en diffamation soutenues par la D.A.P. contre François KORBER (procès de MELUN) pour tenter de le décourager. Il eût fallu se lever de bonne heure !

__________________

REVUE  DE   PRESSE

En prison, la télé est souvent hors de prix, par Marc  MAHUZIER  pour OUEST-FRANCE le mardi 28 septembre 2010  (cliquer ici)

____________________________________________________________________________________________________

lire la NOTE de M. Jean-Amédée LATHOUD, ancien directeur de la DAP   qui concrétisait cette annonce 4 mois plus tard

les principes généraux (cliquer ici)

la note (cliquer ici)

_________________

REVUE DE PRESSE

En 2012, la télé à 8 euros dans toutes les prisons, par Mathieu PALAIN – LIBÉRATION des samedi 16 – dimanche 17 avril 2011       (cliquer ici)

la fin du racket de la télé en prison, par Cécile BERGOUGNOUX – LA MONTAGNE du lundi 18 avril 2011  (cliquer ici)

8 euros pour louer une télé, par Dominique RICHARD –  « SUD-OUEST » le lundi 25 avril 2011 ( cliquer ici )

 ________________________________________________________________________________________________

HARMONISATION   DES  TARIFS  DE  CANTINE

les 200 produits à prix harmonisés, quel que soit le lieu de détention , c’est fait . La D.A.P. ayant – enfin – mis en place ce que nous lui demandions, après les rapports de la Cour des Comptes – elle a passé, en 2011, aiguillonnée par notre action, des marchés nationaux. Disposant d’une forte marge, elle en a profité pour fixer des tarifs inférieurs de 15 % à ceux des grandes surfaces : une mesure « sociale » qu’il convient de saluer. Reste le problème des personnes détenues en E.G.D. (Établissements à Gestion Déléguée)  qui vont continuer à payer très cher : les contrats des sociétés privées se terminent en 2013, 2016, 2017. Les indemniser coûterait cher. Mais nous trouverons les moyens, quitte à tailler un peu … dans le budget de communication du Ministère de la Justice. Comme l’avait fait Robert BADINTER lorsqu’il a porté  « l’amendement ROBIN DES LOIS » au Sénat, avec Richard YUNG, Jean-Pierre SUEUR, François REBSAMEN, Alain ANZIANI et quelques autres…

Quant aux critiques de quelques aigris, nous n’en avons que faire. Nous travaillons en toute fraternité avec de nombreuses associations. Et nous sommes trop peu nombreux pour nous déchirer au sujet de quelques « ratés » de la lutte militante. S’ils sont jaloux, ils n’avaient qu’à prendre à bras le corps le problème des télés ou celui des cantines. Et s’en occuper. En d’autres termes, on les emm … e . Les grands discours sur la condition carcérale par des gens qui n’ont jamais mis les pieds dans une prison, ce n’est notre truc.

Nous avons toujours faite nôtre la vieille maxime de CONFUCIUS :

« Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l’immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire. »

Écouter : « les cantines en prison » sur FRANCE-CULTURE , le 24 février 2011 . L’un des nombreux éléments de notre campagne.

 

TÉLÉRAMA, page 1  (cliquer ici)

TÉLÉRAMA, page 2 (cliquer ici)

François KORBER par Manuel BRAUN, pour TÉLÉRAMA

TÉLÉRAMA, page 3 (cliquer ici)

 Publié par à 23 h 50 min
Nov 242011
 

  

Cette semaine se tiennent, dans toute la FRANCE, des expositions, des débats ou des séances d’information, les 18 èmes Journées Nationales Prison. François KORBER, délégué général de  »ROBIN DES LOIS », est  l’invité d’un Collectif très actif à LA-ROCHE-SUR-YON, avec le parrainage, notamment, du quotidien OUEST- FRANCE. Ce vendredi, il interviendra devant des élèves de Terminale au Lycée de LATTRE avec, en introduction, une projection du documentaire actuellement censuré par la D.A.P., LE  DEMENAGEMEMENT  ( la censure frappe les diffusions télévisuelles, mais pas les diffusions en salle…). Il interviendra, ensuite, devant les élèves de l’Ecole d’Ingénieurs de l’ICAM, sur le même thème.

Le samedi , une grande réunion – débat est organisée au Conservatoire avec, notamment, Xavier DUPONT, Secrétaire Général du Contrôle Général des Lieux de Privation de Liberté, qui est un peu la cheville – ouvrière de cette remarquable Institution, et l’un des plus proches collaborateurs de Jean-Marie DELARUE . Cette réunion sera animée et « modérée » par Claire THEVENOUX, l’une des principales responsables de la Rédaction de OUEST-FRANCE.

lire le programme détaillé :  cliquer  ici

Nous invitons, bien entendu, tou(te)s nos sympathisant(e)s et ami(e)s et toutes les personnes intéressées par les réalités de l’univers carcéral à participer à la réunion – débat du samedi 26 novembre.

 Publié par à 0 h 07 min
Oct 242011
 

Ce mardi 25 octobre 2011, François KORBER, délégué général de l’association ROBIN DES LOIS, est invité à MARSEILLE par les étudiants d’EUROMED-MANAGEMENT pour un débat sur la prison, qui s’annonce passionnant , avec deux autres intervenants de qualité (Isabelle POURTAL absente et excusée !). Débat ouvert à tous nos amis de la Région de MARSEILLE, à 17 heures 30

 

 

 

 

 

 

 

le compte-rendu de ce passionnant débat sur le blog de CLEPSYDRE, l’association d’étudiants d’EUROMED qui organisait  la soirée (cliquer ici)

 Publié par à 22 h 42 min
Juin 072011
 

                                                                                                                                                                                                                            

Eric CIOTTI

 

Eric CIOTTI, le très droitier député U.M.P. des ALPES-MARITIMES a remis, ce mardi 7 juin son « Rapport sur l’Exécution des Peines à Nicolas SARKOZY  (télécharger ici le rapport intégral en PDF) . Beaucoup de démagogie et beaucoup d’inexactitudes, malgré quelques idées positives à creuser. Un rapport dangereux, surfant une fois de plus sur le populisme pénal, mais qu’il faut connaître car il alimentera sans doute la future campagne du Président de la République.

François KORBER, délégué général  de ROBIN DES LOIS, dans un sujet du 20 heures de TF1, défend les aménagements de peine et les libérations conditionnelles, avec Oscar Eric N »TSANGOULA, ancien détenu qui raconte « sa » libération conditionnelle. Compte tenu de l’actualité  (remise du rapport archi-sécuritaire d’Eric CIOTTI à Nicolas SARKOZY), le sujet s’est fait très vite mais, avec l’interview de Matthieu BONDUELLE, Président du Syndicat de la Magistrature

CLIQUER  ICI pour voir le sujet en replay

Nous reviendrons sur le « rapport CIOTTI »  pour le présenter et le combattre, pour l’essentiel.

EXECUTION   DES  PEINES :  VERS UN  NOUVEAU  TOUR   DE  VIS  SECURITAIRE    LIBERATION.fr

LE RAPPORT  CIOTTI  est truffé d’erreurs , par Serge PORTELLI sur LE MONDE.fr du 7 juin 2001 (cliquer)

LE  RAPPORT  CIOTTI  : LES  PRINCIPALES  PROPOSITIONS  LE PROGRES DE  LYON (cliquer)

LE  RAPPORT   CIOTTI  est inapplicable  :  FRANCE 3  (cliquer)

IMMIGRATION, PRISONS, BINATIONALITE  : l’U.M.P. polarise le débat sur la Sécurité      MARIANNE 2

 Publié par à 18 h 35 min
Juin 012011
 
Henri MASSE, nouveau Directeur de l’A.P.

Le préfet de la CHARENTE-MARITIME, en poste depuis juin 2008, Henri MASSE, 64 ans (cliquer), va succéder au magistrat et ancien procureur général de VERSAILLES, Jean-Amédée LATHOUD à la tête de la Direction de l’Administration Pénitentiaire du ministère de la Justice.

Les Directeurs de la D.A.P. passent … La  D.A.P. reste…  Quant aux Ministres de la Justice, n’en parlons pas. Il faudrait une personnalité politique exceptionnelle pour imposer une nouvelle politique pénale et pénitentiaire… De la même manière, il faudrait un homme (une femme) exceptionnel(le)s à la tête de la D.A.P. pour faire changer – un peu – « l’Institution »…

Qui – à part les « spécialistes » – pourrait citer le nom d’un(e) ancien(ne) Directeur(trice) de la D.A.P. ?

Nous accueillons donc sans beaucoup d’illusions la nomination d’Henri MASSE comme successeur de Jean-Amédée LATHOUD. Pourquoi lui ?  Pourquoi pas… C’était un peu le cas de celui qui s’en va, et dont le visage lugubre collait si bien à la Fonction.

Jean-Amédée LATHOUD

Par « charité », nous tairons le nom du journal qui avait sous-titré la photo de Jean-Amédée LATHOUD (ci-contre) lorsqu’il prit ses fonctions à la tête de la D.A.P. Pourquoi lui ? Pourquoi pas… Ce « magistrat chevronné » (sic) avait sans doute rendu beaucoup de services, à défaut de « rendre des arrêts »… Il laissera sans doute, paradoxalement, un « nom » dans l’Histoire de la Justice. Mais pas comme Directeur de l’Administration Pénitentiaire !!!

C’est lui qui s’illustra, en effet,  comme  Procureur Général près la Cour d’Appel de DOUAI lors de l’affaire d’OUTREAU. Une référence, bien sûr, qui lui valut d’être propulsé au Parquet Général de VERSAILLES, le deuxième plus important en FRANCE après la Cour d’Appel de PARIS. Certainement à cause de ses éminentes qualités…

Comme le rappelle Dominique SIMONNOT (ci-dessous), il s’ y était très vite illustré, aussi, par son grand humanisme envers les familles des personnes détenues dans le ressort de la Cour … Des qualités qui le prédisposaient sans doute à devenir « Directeur des Prisons » …

LE CANARD ENCHAINE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________

A peine nommé à la tête de la D.A.P., en janvier 2010, il avait de nouveau attiré l’attention en s’accrochant à son appartement de fonction …auquel il n’avait plus droit. Dans son numéro du mercredi 14 juillet 2010, LE CANARD ENCHAINE révélait que ce nécessiteux avait accepté le poste à la condition de conserver son appartement de fonction à VERSAILLES … pour la modique somme de 30 000 euros par an. Silence assourdissant de toute la Presse… Les vacances, sans doute ?

ROBIN DES LOIS avait publiquement demandé des explications à Michèle ALLIOT-MARIE, avec le coût exact de ce confortable passe-droit, de nature à « donner l’exemple » à tous ceux qui rêvent d’insertion ou de réinsertion, bien sûr… Cette autre grande humaniste n’a même pas eu la politesse d’accuser bonne réception de notre lettre recommandée. Il est vrai qu’elle a – depuis – largement prouvé qu’elle avait, elle aussi, une conception très élastique de « la République irréprochable »… Peu importe : nous tiendrons notre promesse et nous forcerons M. LATHOUD à rembourser après l’avoir fait condamner par le Tribunal Administratif … 

Pourquoi un départ aussi précipité ?

Nul n’en connaîtra sans doute jamais les véritables raisons. Mais l’explication fournie par le blog SURVEILLANTS PENITENTIAIRES mérite d’être reproduite :

« (…) Le Directeur de l’administration pénitentiaire, Jean-Amédée LATHOUD, va partir avant l’été à la Cour de cassation. Il n’est resté qu’un an et demi en fonction, contre quatre pour son prédécesseur, alors que le nombre de détenus atteint de nouveaux records. 64 584 personnes étaient incarcérées au 1er mai, soit plus que le pic historique atteint en juillet 2008, et la tension dans les prisons françaises, qui comptent 56 150 places, est palpable. Il devrait être remplacé début juin par un préfet et n’a souhaité faire aucun commentaire.

Officiellement, Jean-Amédée LATHOUD a lui même demandé à être déchargé de son poste, il est proche de la retraite (il aurait 65 ans le 26 septembre), et son passage au parquet de la Cour de cassation lui permettrait statutairement de rester dans la magistrature jusqu’au 30 juin 2013. Le ministère de la Justice a présenté sa candidature au Conseil Supérieur de la Magistrature qui a entendu le magistrat mardi 17 mai. Le CSM rendra son avis dans les premiers jours de juin. Michel MERCIER, le garde des Sceaux, qui l’a bien connu lorsqu’il était procureur général de LYON, le considère comme un ami.

Jean-Amédée LATHOUD a ensuite été procureur général à DOUAI au moment de l’affaire OUTREAU, et avait échappé de peu à des sanctions disciplinaires. Il avait avoué devant le CSM assumer « une part de responsabilités pour un certain nombre d’erreurs », ce qui ne l’avait pas empêché d’être nommé à la tête du parquet général de VERSAILLES. Il s’était fait épingler une première fois par le Canard enchaîné après avoir signé une circulaire qui interdisait de délivrer des permis de visites aux enfants de moins de 14 ans.

Nommé à la direction de l’administration pénitentiaire en janvier 2010, il avait obtenu que soit pris en charge son logement de fonction. Le Canard enchaîné avait révélé l’affaire en juillet, et estimé le coût pour l’administration à 30 000 euros par an. La CGT pénitentiaire avait jugé « tout cela bien injuste, voire grossier et vulgaire », le ministère avait répondu que la prise en charge de ce logement de fonction répondait « à la nécessité absolue de service commandant à M. LATHOUD d’être disponible vingt-quatre heures sur vingt-quatre, 365 jours sur 365 ».

Après l’affaire Laëtitia à PORNIC, en février 2011, les conseillers d’insertion et de probation, rattachés à la pénitentiaire, avaient manifesté leur colère d’être les éternels boucs émissaires des dysfonctionnements de la justice, et Jean-Amédée LATHOUD, qui n’a jamais réellement trouvé sa place dans cette administration, avait fait part au ministre d’une certaine lassitude (…) »

Ah, bon !  La Cour de Cassation sert – une fois de plus – de « poubelle » pour de nombreux magistrats dont on ne sait trop comment se débarrasser… La pauvre : elle est donc blasée… Mais, là, le Pouvoir a fait fort : nommer à un poste prestigieux – avec, entre autres, la mission de contrôler le travail de tous les magistrats de FRANCE – l’un des principaux responsables du désastre d’OUTREAU, il fallait oser ! Ils ont osé . Logique, puisque tout le monde s’en fout, à part quelques idéalistes dont nous sommes.

 

 Publié par à 23 h 10 min
Avr 162011
 

la M.A. de FRESNES

PARIS, 14 avril 2011 (AFP) – Avec plus de 64.000 personnes incarcérées au 1er avril, le nombre de détenus dans les prisons françaises tutoie de nouveau des sommets et génère une tension croissante dans les établissements pénitentiaires, selon des professionnels interrogés par l’AFP.

Le chiffre de 64.148 personnes incarcérées début avril, communiqué par l’Administration pénitentiaire, est quasiment identique au pic historique de 64.250 détenus atteint en juillet 2008.

Le taux de surpopulation carcérale était alors de plus de 126 %. Il est actuellement de 114,24 % car la France compte 56.150 places de prison, soit environ 5.300 de plus qu’en juillet 2008.

Par rapport au 1er janvier 2011 (60.544), le nombre de détenus est en hausse de 6 %. Par rapport à mars (62.685), il augmente de 2,3 %.

Ces chiffres ne surprennent pas les représentants des syndicats pénitentiaires interrogés par l’AFP.

« La surpopulation monte depuis novembre (2010) de façon constante. Et la tension avec », constate Jean-François FORGET, secrétaire général de l’UFAP, première organisation de la profession.

Du côté de la CGT pénitentiaire, « on reçoit à nouveau des alertes des agents. Ils nous disent que ça devient très tendu en détention », assure la secrétaire générale Céline VERZELETTI

Conséquences de cette promiscuité : hausse des incidents, des bagarres entre détenus et des agressions de surveillants, affirment les deux syndicalistes.

A la maison d’arrêt parisienne de la Santé, « on est arrivé à trois, voire quatre détenus par cellule. On devrait bientôt arriver à mille matelas par terre dans les prisons françaises, du jamais vu à cette époque de l’année », affirme M. FORGET.

Selon lui, une quinzaine de mouvements collectifs de détenus ont été recensés depuis le début de l’année. Le 4 février, quelque 200 prisonniers de la maison d’arrêt d’OSNY (Val d’Oise) avaient refusé de réintégrer leurs cellules pour réclamer de meilleures conditions de détention. Le 14 mars, une bagarre impliquant 29 détenus avait éclaté à FLEURY-MEROGIS (Essonne) et onze surveillants voulant s’interposer avaient été frappés.

Ces dernières semaines, des surveillants des maisons d’arrêt de NANTERRE et de FRESNES (Val-de-Marne) ont organisé des mouvements de protestation contre la montée des agressions dans leurs établissements.

« On en est à une quarantaine d’agressions violentes depuis le début de l’année sur FRESNES. C’est du jamais vu », avait alors estimé Patrick ROUCAU, délégué FO-pénitentiaire.

Selon Jean-François FORGET, c’est en région parisienne et dans l’ouest de la France que « la situation commence à devenir explosive ».

Début avril, l’Observatoire international des prisons (OIP) avait dénoncé « une hausse singulière du nombre de détenus dans les prisons de l’Ouest » après l’affaire Lætitia qui « a eu pour effet de radicaliser la politique répressive de la région pénitentiaire de Rennes » sous la forme « d’un plus grand nombre de peines mises à exécution par des juges désormais sous pression » ( O.I.P. un vent mauvais dans les prisons de l’OUEST : cliquer ici)

« Au niveau national, la politique pénale est globalement en train de se durcir, des consignes ont été données », affirme sous couvert d’anonymat un fonctionnaire du ministère de la Justice.

A la maison d’arrêt de NANTES, poursuit-il, le record de surpopulation est battu avec 440 détenus pour 109 cellules. « Il y a même eu une soirée, où les agents ne savaient plus où poser les matelas. Nous sommes très inquiets pour l’été ».

La FRANCE compte 191 prisons. Plusieurs dizaines d’entre elles, vétustes, doivent fermer d’ici 2017 et être compensées par l’ouverture de nouveaux établissements pour parvenir à 68.000 places.

smk/pmg/hj

rédigé par Sophie MAKRIS, journaliste à l’A.F.P.

à lire : les prisons ne connaissent pas la crise, par Sonya FAURE, sur LIBÉRATION.fr (cliquer ici)

___________________________________________________________________

A ROBIN DES LOIS, nous aurons l’occasion de rappeler, une fois de plus, que des solutions existent, beaucoup plus « intelligentes » que l’enfermement « classique », tout au moins pour des milliers de prévenus ou condamnés potentiels…

En attendant, nous vous invitons à partager et méditer les réflexions de François-Régis HUTIN, Éditorialiste à OUEST-FRANCE et de Jean-Marie DELARUE, Contrôleur Général des lieux de privation de liberté publiées ce samedi 16 avril sur LIBÉRATION.fr : POURQUOI   LA  FRANCE   ACCEPTE-T-ELLE LE  SORT  FAIT AUX PRISONNIERS ?

 Publié par à 0 h 15 min
Mar 102011
 

__________________________________________________________________________________________

Bouleversant courriel, ce matin, envoyé par notre amie Delphine BOESEL, son avocate et celle de ses fils Cyril  KHIDER et Christophe KHIDER : Catherine venait de mourir dans la nuit… Bien entendu, nous la savions tous très malade depuis des mois, épuisée par les souffrances en tous genres, et son inlassable combat contre la prison, les injustices et l’arbitraire qui frappe, tôt ou tard, toutes les personnes détenues et leurs familles.

Une information un peu « irréelle »… Nous avions tous fini par la croire « immortelle », présente partout, sur le terrain, dans les manifestations et devant les micros pour combattre sans relâche avec tous les opprimés. Depuis le studio de L’ÉCHO DES  CABANES, son émission sur RADIO -LIBERTAIRE , elle insufflait un peu de sa force et de son énergie à tous ceux qui nous écoutaient. Admirablement douée pour le slam, ses formules frappaient juste et fort.

Les combats vont continuer sans elle, bien entendu, mais sa « présence » et son « aura » manqueront à tous les militants de la cause anticarcérale. Pour comprendre l’horreur de ce qu’elle dénonçait, nous vous invitons à lire une « Lettre de Christophe KHIDER à sa mère » , en février 2006 (cliquer ici) . Nous avons, ce soir, une pensée toute particuparticulière pour Cyril et Christophe KHIDER, mais aussi, bien sûr, pour Sylvie – la compagne de Christophe – qui, avec Nadia, s’est sacrifiée par amour pour permettre à Christophe de s’évader de MOULINS avec un copain.

______________________________________________________________________________________

la levée du corps aura lieu ce vendredi 11 mars 2011 à 15 heures 30 à l’Hôtel Dieu à PARIS. L’inhumation a lieu à 16 heures 30 au Cimetière de THIAIS

_________________________________________________________________________________

un beau témoignage du Collectif BELLACIAO avec une vidéo de Catherine (cliquer ici)

un bouleversant hommage musical de son amie Sara DO (cliquer ici)

 Publié par à 21 h 01 min