Juin 212010
 

ROBIN DES LOIS n’a pas encore vu le film… (sortie le 23 juin 2010). Mais il semble passionnant à voir comme un « documentaire  » sur les prisons pour mineurs. Cela ne peut que nourrir notre réflexion sur « nos » E.P.M. « bien français »….


Synopsis
Davis, 16 ans, trafic de stupéfiants. Angel, 15 ans, vol de voiture avec violence. Butch, 17 ans, agression sur un officier de probation. Une même sentence : la prison pour délinquants juvéniles d’ENOLA VALE. Arrivés au centre de détention, ils devront choisir leur camp, victime ou bourreau.

Kim CHAPIRON

J’ai vu trop de films de prison avec des Chicanos tatoués, des gangs de Jamaïcains qui s’entretuent dans des rapports raciaux caricaturaux. C’est un sujet surexploité auquel je ne voulais pas toucher. Je voulais placer mon émotion ailleurs. Je souhaitais aussi un maximum de réalisme. Nous avons visité de nombreux centres pénitentiaires. Nous dormions dans des motels, juste en face des prisons où nous allions chaque jour passer du temps avec les jeunes. Nous nous sommes présentés comme cinéastes souhaitant recueillir des témoignages et avons à chaque fois été reçu dans une totale transparence. Les autorités sont convaincues de faire au mieux et ne cachent rien. Elles nous ont laissé accéder à tout ce que nous demandions. Seule condition, nous n’avions pas le droit de citer les établissements ou de photographier les gamins. J’ai également rencontré des gardiens, des directeurs de prison qui nous ont eux aussi inspiré des personnages.

Quelle réaction souhaitez vous déclencher?

Quasiment tous les spectateurs à qui j’ai parlé surtout les femmes, m’ont confié être choqués par la violence du début et s’être pourtant attachés à ces jeunes. C’est ce retournement que je cherche, celui que j’ai moi même ressenti. Ces enfants sont ceux d’aujourd’hui, qu’on le veuille ou non. On sait que la délinquance est un fond de commerce. En parlant avec certains gardiens, et même certains prisonniers, on se rend compte que l’on vend de la peur pour acheter des prisons, pour acheter des hommes politiques qui vont combattre cette délinquance. Personne ne cherche vraiment à la résoudre, tout le monde en vit.

DOG POUND n’a qu’un message à faire passer : enfermer les enfants en prions n’est pas la bonne solution. S’ils sont tels qu’ils sont il faut creuser un peu plus et se poser des questions. Ce film est un miroir que je tends pour montrer à quel point ce processus est un gâchis. Mélanger ceux que l’on peut encore sauver avec ceux qui ont connu une réalité épouvantable est un déni de civilisation.

le site officiel du film

le blog du film

Bande annonce
Casting : Adam BUTCHER, Shane KIPPEL, Mateo MORALES,
Production : Partizan Films, Mars Films
visa 120.571, Durée : 1h31
Interdit aux – de 12 ans