Juil 172010
 

Ed BUNKER

« Si je devais mettre sur une balance
tout ce que j’ai fait à la société

et tout ce que celle-ci m’a fait
je ne sais de quel côté elle se pencherait »

E. Bunker

Edward BUNKER s’il n’a pas la réputation publique de James ELLROY qui le fit découvrir à François GUERIF son éditeur français était (est a dû être effacé) un des plus puissants auteurs de romans noirs.

BUNKER a signé quatre romans (la trilogie de la Bête constituée de Aucune bête aussi féroce, La bête contre les murs, La bête au ventre et Les hommes de proie), dont deux adaptés au cinéma, Le récidiviste de Ulu GROSBARD (Dustin HOFFMAN avait acheté les droits à BUNKER pour lui permettre de voir venir) et en 2000 Animal Factory mis en scène par Steve BUSCEMI avec Willem DAFOE (à faire peur), Edward FURLONG, Mickey ROURKE (dans le rôle d’une folle outrancière) et BUNKER lui-même. Au cours de sa vie mouvementée, il fit plusieurs apparitions au cinéma (Runaway Train dont il a écrit le scénario et Tango and Cash de KONCHALOVSKY, des histoires d’évasion) dont la plus célèbre dans Reservoir Dogs de Quentin TARANTINO dans le bref rôle de Mister Blue.

(extrait de Mort d’un malfrat – Ed BUNKER (1933 – 2005), Luc BROU, Agoravox, 27 juillet 2005)

Bunker a passé dix-huit en prison, pour agression à l’arme blanche, braquages, deals, récidives. C’est cette expérience qu’il décrit dans un style on ne peut plus réaliste, ancré dans le détail concret, physique, voire organique : ici, on connaît la taille des cellules, l’état des draps, l’intensité de la lumière, la densité d’une purée, l’effet d’un coup de pied dans le ventre ou les testicules, d’un viol, le plaisir d’un clope, d’un fixe… Un vécu que Bunker intègre à une odyssée humaine suffocante, de l’enfance à l’âge adulte, où la colère et le désespoir le disputent au cynisme et à la veulerie. «Je suis un enfoiré capable de baiser ma mère (…), une raclure de poubelle», clame le personnage principal de l’un de ses romans, plausible double.

(extrait de Edward BUNKER, de l’écrou à l’écrit, l’auteur d’«Animal Factory» a passé 18 ans en prison, Sabrina CHAMPENOIS, Libération, 31 janv 2001)

Plusieurs ouvrages d’Edward BUNKER ont été adaptés au cinéma. En particulier le très remarquable Animal Factory.

Aucune bête aussi féroce

La bête contre les murs

Les hommes de proie

La bête au ventre

  1 commentaire à “Edward BUNKER”

  1. J’ai lu Education d’un malfrat : génial, incroyable ! Une histoire marquante racontée par un type d’exception qui montre comment la vie te réserve des surprises selon le chemin de ton enfance. A la base, ce garçon est comme tout le monde, un bon garçon, mais sa situation familiale le précipite sur une route terrible…

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML&nsbp;: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)